Portrait : Elizabeth Polese

Actualités lyriques

Par

23 avril 2020

Elizabeth Polese, soprano
Atelier 2018-2020

Texte : Véronique Gauthier
Photos : Marianne Charland

C’est accompagnée de son mari Jesse et de leur chienne Darcy que la soprano s’est installée à Montréal à l’automne 2018 pour débuter son aventure à l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal. Toute la petite famille a fait la route depuis Toronto pour poser ses pénates dans une ville qu’ils ont rapidement adoptée.
 

PRENDRE DU RECUL POUR MIEUX AVANCER

À l’âge de 6 ans, l’enthousiasme pour le chant de la petite Elizabeth ne passe pas inaperçu en classe. Si bien que sa professeure refile à sa mère un dépliant sur le Toronto Children’s Chorus en l’encourageant fortement à l’y inscrire. Aussitôt dit, aussitôt fait, et voilà que la jeune enfant met le pied dans l’engrenage de la musique classique. « J’y ai tout appris. Toutes mes bases musicales me viennent de là. » Quelques leçons de piano et de chant plus tard, elle touche au théâtre musical, puis au chant classique. C’est le coup de foudre. « À partir du moment où j’ai goûté à l’opéra, je n’ai plus voulu faire que ça ! »
 

Après ses études à l’Université de Toronto, elle prend une pause avant de poursuivre plus activement ses ambitions. L’enseignement prend alors une grande place dans sa vie, elle fait quelques stages et se marie. « J’avais besoin de vivre des expériences et de travailler avant de me consacrer à la musique. Ça m’a permis de m’ancrer et de trouver un bon équilibre dans ma vie. J’aime croire que je suis quelqu’un de groundé. » C’est en faisant un stage à la Rebanks Family Fellowship à la Glenn Gould School qu’elle réalise qu’elle se sent prête à aller de l’avant. « J’aime chanter et je ne peux pas m’imaginer faire autre chose. C’était le moment ou jamais ! » L’Atelier apparait alors comme l’option la plus logique et évidente pour la chanteuse. « Je connaissais d’autres chanteurs qui y avaient été en résidence. J’avais vu le progrès qu’ils avaient fait, et à quel point ils en étaient sortis heureux. Je sentais que j’y serais à la bonne place. »

Retour à la page des Auditions Nationales

Un aCCUEIL PERSONNALISÉ

Que ce soit de l’opéra, de la musique de chambre, de la mélodie, de la musique contemporaine ou des oratorios, Elizabeth est friande de Musique avec un grand M et a soif de toucher à tout. C’est d’ailleurs ce qu’elle a exprimé à Chantal Lambert et Marie-Eve Scarfone dès son arrivée à leurs bureaux. « Je leur ai dit “donnez-moi de la musique, faites-moi chanter, je veux tout faire !” J’ai envie d’être une musicienne entière et accomplie. Pas seulement une chanteuse d’opéra, même si j’adore ça. Pour moi, l’idée de chanter en récital, c’est juste le summum ! » L’Atelier l’a immédiatement soutenue et lui a donné la chance de participer à divers projets aussi différents les uns que les autres. « Ils veulent vraiment ce qui est le mieux pour nous. Ils prennent chaque artiste et se demandent comment ils peuvent l’amener plus loin, à partir de ce qu’il est. Leur approche est de mettre en lumière le meilleur de chacun, et de l’aider à se construire en lui fournissant les outils et le soutien nécessaires. »
 

L’environnement de l’Opéra de Montréal favorise grandement cet épanouissement. Les locaux de l’Atelier étant physiquement intégrés à l’Opéra, tout le monde se connait et les relations sont cordiales. « Que ce soit Patrick [Corrigan] ou Michel [Beaulac], tout le monde est prêt à nous aider, à répondre à nos questions, à nous référer aux bonnes personnes. Je connais la personne qui signe mes chèques, je connais les personnes du département de marketing. Ça crée un bel esprit de communauté. Comme jeune artiste, ça fait du bien de se sentir entourée. »

 
Des RENCONTRES ET DES OPPORTUNITÉS EN OR 

En plus du travail vocal, du sport et du réseautage, une partie de la formation à l’Atelier est consacrée à la psychologie de performance. « Travailler avec Guillaume Dulude a été pour moi une révélation. Ça m’a autant servi dans ma vie personnelle que dans ma vie professionnelle, et ça m’a aidée à faire le pont entre les deux. Le travail que je fais sur ma confiance en moi dans la vie de tous les jours affecte directement la musicienne que je suis. » Sa rencontre avec Ariane Girard, sa professeure de chant, a aussi été déterminante. « C’est une personne très empathique. Elle a tout de suite compris ma voix et a su comment m’enligner. »
 

En décembre dernier, le talent de la soprano a pu briller avec l’Orchestre et le Chœur Métropolitain dans la Messe en ré majeur de Dvorak, Rejoice in the Lamb de Britten et des cantiques de Noël sous la direction de Yannick Nézet-Séguin. « Je n’ai jamais été aussi nerveuse de chanter des Christmas carols ! (rires) »
 

L’adepte de musique contemporaine a été bien servie avec la partition complexe de Written on Skin de George Benjamin. « Dès que j’ai su que l’opéra allait être monté, je me suis dit que je devais absolument en faire partie. » Elle s’est donc elle-même proposée pour étudier le rôle d’Agnès. « Magali [Simard-Galdès] est tout simplement incroyable. L’observer a été très formateur, c’est une musicienne géniale et une interprète d’exception. J’ai été très heureuse aussi de travailler avec Nicole Paiement comme cheffe d’orchestre. Travailler avec des femmes à l’opéra est important pour moi. » Celle qui se disait « incapable de chanter du bel canto » a aussi pu affronter ses insécurités en vivant un superbe moment dans le cadre du Cabaret Bel Canto en collaboration avec l’Orchestre de l’Agora. « Le projet m’a appris énormément sur ma voix, ma confiance, mes capacités. Finalement j’ai eu beaucoup de plaisir ! Et je pense que j’ai vraiment fait du bon travail. » En revêtant les costumes de Papagena dans la prochaine production de l’Opéra de Montréal, La flûte enchantée de Mozart, Elizabeth joindra une production qu’elle admire depuis longtemps. « Je la regarde sur Youtube depuis cinq ans, je suis très excitée d’y prendre part ! » [NDLR : L’entrevue a eu lieu avant la crise relative au Covid-19, obligeant l’annulation de tous les évènements artistiques.]

 
UN AVENIR REMPLI DE POSSIBLES

Bien qu’elle n’ait pas de plan de carrière défini, celle qui rêve de chanter The Rake’s Progress de Stravinsky sait ce qu’elle souhaite pour sa sortie de l’Atelier. « Je veux travailler avec des gens qui aiment profondément la musique, qui sont curieux et qui veulent se dépasser. Je veux continuer de toucher à tout ! Et conserver cet équilibre entre ma vie personnelle et professionnelle qui est essentiel pour moi. » Pour la prochaine année, son ancrage demeurera à Montréal. « Mon amoureux y a maintenant un emploi, la qualité de vie est incroyable, et il y a plein de parcs à chiens dans le quartier. » C’est Darcy qui doit être contente ! En restant à proximité de l’Atelier, Elizabeth sait qu’elle pourra compter sur la porte ouverte de Chantal et Marie-Ève. « J’ai une très bonne relation avec elles, je pourrai toujours aller les voir pour des conseils ou de l’inspiration. Je sais qu’en terminant ma résidence, ce ne sera pas la fin. »


Suivez le parcours professionnel d'Elizabeth sur sa page Facebook ici.

 

Retour à la page des Auditions Nationales

 

Blogue

>
  • 23 avril 2020
    Portrait : Rose Naggar-Tremblay

    Artiste curieuse, créative et sensible, Rose termine présentement la troisième année de son cheminement à l’Atelier lyrique. 

  • 23 avril 2020
    Portrait : Elizabeth Polese

    C’est accompagnée de son mari Jesse et de leur chienne Darcy que la soprano s’est installée à Montréal à l’automne 2018 pour débuter son aventure à l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal. 

  • 20 avril 2020
    Portrait : Spencer Britten

    C’est dans un studio ensoleillé de l’Atelier lyrique que nous faisons la connaissance du jeune ténor rossinien originaire de Vancouver.

  • 13 mars 2020
    IMPORTANT : Représentations reportées

    La santé et la sécurité de notre public, de nos artistes invités et de notre équipe sont d'une importance capitale pour le conseil d'administration et la direction de l'Opéra de Montréal.

  • 24 mai 2017
    Un feu transformateur

    Quiconque aime l’opéra connaît sans doute La bohème que le temps a promu au rang de classique du répertoire. Comme le titre l’indique, la vie de bohème est l’axe central autour duquel se construit l’histoire de quatre jeunes artistes qui, à la fin du dix-neuvième siècle, vivent dans le Quartier latin à Paris et décident de consacrer leur vie à l’art.

  • 04 avril 2017
    Bruno Laplante, le rebelle

    Il a l’œil pétillant, Bruno Laplante. C’est vrai qu’il faut être allumé pour être rebelle. Rebelle : celui qui refuse de prendre le rang. Le baryton préfère et a toujours préféré le risque. Voilà la conclusion à laquelle j’en suis venu après presque deux heures d’entrevue avec cet homme de 78 ans, charmant, au franc parler.

  • 04 avril 2017
    Bruno Laplante, l'artiste et producteur

    Bruno Laplante a fondé l’ensemble Cantabile pour diverses raisons. Il aurait pu suivre les traces de nombre de ses prédécesseurs et collègues : se cantonner dans l’opéra. Il aurait fait plus d’argent, mais trahi sa nature. Pour autant, le baryton n’a pas négligé le « théâtre total ».

  • 15 novembre 2016
    Une immense solitude

    On ne peut que penser, après avoir vu Don Giovanni, combien l’opéra a tout à nous dire du présent et de notre monde contemporain…

  • 15 octobre 2016
    Opéra de rue : célébrer la vie

    Rue Ste-Catherine, en plein centre-ville. Au sous-sol d’une église, des dizaines de personnes en situation d’itinérance font la queue pour manger et trouver un peu de répit loin de la rumeur urbaine affolante.

  • 27 septembre 2016
    Qui sommes-nous ?

    Philippe Pointard, accessoriste.

  • 29 août 2016
    Nicole Lorange : Tosca

    PORTRAIT : 2 de 2

  • 26 mai 2016
    Des flammes dévorantes

    C’est une histoire d’amour. Intense et immuable. Elle est faite de passion mais aussi de souffrance, elle met en scène le désir mais aussi la vengeance et la cruauté.

  • 29 avril 2016
    Les Feluettes, une voix significative aux amours homosexuelles

    «L’œuvre de Michel Marc Bouchard, Les Feluettes, a permis de donner une voix aux amours homosexuelles. Et je me réjouis qu’elle reprenne l’affiche, cette fois à l’Opéra de Montréal» David Platts, le président du GRIS-Montréal explique sa relation avec cette oeuvre si particulière.

  • 22 avril 2016
    Effervescence

    L'opéra au Canada depuis 50 ans À l'approche du congrès international d'OPERA America qui se tiendra du 18 au 21 mai à Montréal, je réfléchis aux cinquante dernières années de la vie lyrique au Canada et au Québec.

  • 15 mars 2016
    La saison nouvelle

    Départ imminent pour un nouveau voyage lyrique!

  • 07 février 2016
    Ce que nous sommes

    La poète québécoise Hélène Dorion, à propos d'Otello de Verdi. Photos: Yves Renaud.

  • 17 janvier 2016
    Otello vu par Sylvia L'Écuyer

    Sylvia L'Écuyer, musicologue et animatrice de l'émission Place à l'opéra sur ICI Musique, nous parle de ce chef-d'oeuvre tardif du grand Verdi.

  • 10 janvier 2016
    Un titan nommé Verdi

    Le 27 février 1901 se tient un service commémoratif que dirige le mythique chef italien Toscanini. On entonne le célèbre choeur des esclaves «Va pensiero», de l'opéra Nabucco.

  • 04 janvier 2016
    Maxime Dubé-Malenfant : portrait

    Maxime Dubé-Malenfant termine sa deuxième année à l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal. Il ne chante pas.

  • 18 décembre 2015
    Un soir de générale...

    Un billet signé Sylvia L'Écuyer, musicologue et animatrice de l'émission Place à l'opéra sur les ondes d'Icimusique.

  • 10 décembre 2015
    Elisabeth Schwarzkopf : diva assoluta

    Un billet signé Sylvia L'Écuyer, musicologue et animatrice de l'émission Place à l'opéra sur Icimusique.

  • 30 novembre 2015
    Elektra ou le deuil de la lumière

    L’une  des tâches de l’art consiste à éclairer la complexité de l’être humain.

  • 29 septembre 2015
    États de grâce

    C’est le soir de la générale... Je me suis faufilée entre un projecteur et un téléviseur. 

  • 20 septembre 2015
    Grand soir de première

    C'était soir de première à l'Opéra de Montréal! et quelle première.

  • 19 mai 2015
    Une chose extraordinaire

    Que signifie être humain aux 20e et 21e siècles? Par quoi sommes-nous tous liés, au-delà des guerres et des conflits?

  • 02 mai 2015
    Chanter, un état d'être.

    Portrait de la mezzo-soprano Fernande Chiocchio - 2e partie Première partie

  • 06 mars 2015
    Portrait : Fernande Chiocchio

    Elle est le charme incarné. Elle ouvre la bouche et charme avec sa voix de mezzo qui a porté sa carrière pendant plus de trente ans.

  • 22 septembre 2014
    La force de la beauté

    Un premier billet signé Hélène Dorion. Photo : Pierre Dury