Portrait : Holly Kroeker, pianiste

Mode de vie

Par

07 décembre 2020

Holly kroeker, pianiste / cheffe de chant
Atelier 2018-2021

Texte : Véronique Gauthier
Photos : Marianne Charland

C’est lors d’une journée d’automne à saveur d’été que nous rencontrons la charmante pianiste dans sa cour arrièreArrivée à Montréal en 2018 pour démarrer une nouvelle aventure à l’Opéra de Montréal, Holly est rapidement tombée amoureuse de la ville, ainsi que de la famille qu’elle a trouvée à l’Atelier lyrique.  

La vie sociale comme porte d’entrée 

Née au Manitoba, Holly déménage avec sa famille en Alberta alors qu’elle a tout juste deux ans. Afin de se créer un nouveau réseau de connaissances et de faciliter les rencontres dans leur nouveau milieusa mère l’inscrit à mille et une activités. C’est ainsi qu’à l’âge de trois ans, la petite Holly pose les doigts sur les touches d’un piano pour la première fois. «J’ai fait de la danse, de la gymnastique, du patinage artistique… mais c’est le piano qui a collé!»  

De fil en aiguille, la pianiste se retrouve au baccalauréat en interprétation à l’Université d’EdmontonElle y fréquente de plus en plus les étudiants en chant qu’elle trouve sociables et pétillants. Les conversations avec eux sont toujours passionnantes«Les poèmes, le travail des différentes langues, le répertoire, comment la voix fonctionne, tout ça m’a fascinée!» Elle s’inscrit dès lors aux mêmes cours que ses amis pour mieux comprendre le monde dans lequel ils évoluent. «J’étais la seule pianiste au milieu de chanteurs! C’est là que j’ai compris que c’était le chemin que je voulais suivre.» 

Retour à la page des Auditions Nationales

 

 

Quand la musique mène à l’amour 

C’est également à l’Université d’Edmonton qu’Holly fait la connaissance du ténor Matthew Dalen, aujourd’hui devenu son mari. «Après notre baccalauréatnous sommes partis ensemble faire notre maitrise à l’Université de Toronto, puis nous avons tous les deux été acceptés au Yulanda M. Faris Young Artists Program à Vancouver. On a été très chanceux!» Holly est ensuite admise à l’Atelier lyrique et son amoureux la suit à Montréal, où il fait lui-même son entrée dans le programme comme chanteur l’année suivante. «On travaille vraiment bien ensemblePeut-être parce que notre relation a commencé de cette façon.» 

Un espace accueillant et sécurisant 

Dès son audition, Holly sent que toute l’équipe de l’Atelier l’accueillera à bras ouverts, avec chaleur et bienveillance. «Je sais qu’ici je peux prendre des risques, assumer qui je suis et pousser plus loin mes idées. C’est primordial pour apprendre!» Parce qu’il ne suffit pas de pratiquer des heures durant chez soi, dans son salon. Il faut aussi plonger au cœur de l’action. «L’Atelier me permet d’avoir les deux mains dedans, de mener une répétition, d’essayer, de me tromper, de recommencer. Et ils nouoffrent la chance de travailler dans différents contextes, avec différents chefs, différents orchestres, dans différents styles de musique.»  

Plus que tout, l’Atelier l’a libérée du syndrome de l’imposteur et lui a confirmé qu’elle avait toute la crédibilité nécessaire pour exercer son métier. «J’ai appris que je peux avoir confiance en moi, que j’ai de bonnes oreilles, que ma technique est bonne, et que mon opinion est tout aussi valable que celle de quelqu’un d’autre. J’ai quelque chose à offrir dans une salle de répétition, je n’ai plus peur de donner mon opinion et mes suggestions.» Grâce aux outils qui lui sont offerts, elle développe la meilleure version d’elle-même. «Ils prennent soin de chaque individu, partent de ce que tu es pour t’amener plus loin. On me respecte pour qui je suis et on me fait confiance.»  

 
Des mentors inspirants 

Au cours de ses deux premières années à Montréal, Holly travaille avec la pianiste Marie-Eve Scarfone«Il est rare d’avoir pour mentor une jeune femme encore très active dans le milieu, alors pour moi, de l’observer, çété vraiment inspirant. Elle était un modèle à suivre, je pouvais me dire “si je veux me rendre là, voilà ce que je dois faire.” J’ai tellement aimé travailler avec elle!» Rachel Andrist, qui succède cette année à Marie-Eve, arrive avec un immense bagage de connaissances et d’expérience. «Je suis très enthousiaste d’apprendre à ses côtés!» Avec Guillaume Dulude, elle a pu développer le bon langage pour aborder l’anxiété de performance. «Tous les artistes connaissent ce feeling de faire quelque chose 12 fois dans son salon, et que tout soit différent dès qu’on se retrouve devant quelqu’un. Avec Guillaume, on analyse ces mental games, pourquoi ça arrive et comment donner notre meilleur malgré toute la pression et l’anxiété qui viennent avec la performance en public.» Un outil précieux qu’elle met en pratique dans son travail auprès des chanteurs. 
 

Un métier aux mille chapeaux 

Être pianiste coach, c’est beaucoup plus complexe que ce que l’on pourrait croireIl faut s’intéresser aux rouages de la voix, connaître les œuvres sur le bout de ses doigts, maitriser les styles, la diction, avoir des oreilles de feu, être un appui de chaque instant pour les chanteurs. Un gros travail qui s’effectue en amont pour permettre au produit final de prendre forme sur scène. Et c’est un rôle qu’adore Holly. «J’aime travailler avec les chanteurs, j’ai un grand respect pour eux et pour tout le travail qu’ils font. Ce n’est pas évident, ils se font dire quelque chose par le metteur en scène, autre chose par le chef d’orchestre, par le coach de diction... Je sens qu’à travers tout ça, mon rôle est celui d’une alliée. Avec moi, ils peuvent sentir que quelqu’un les épaule et est de leur côté, en tout temps. C’est très important pour eux, et j’aime être cette personne.» Solide, organisée et passionnée, il est certain qu’Holly inspire confiance et doit se révéler être un atout hors pair pour quiconque a la chance de la côtoyer! 

L’opéra au cœur de sa passion 

Si la feuille de route de la pianiste comprend des concerts de mélodies et de lieder, c’est l’opéra qui la fait réellement vibrer. «Les airs émouvants, ce qui se passe en coulissesle travail colossal que ça représente, c’est extraordinaire! Être en salle de répétition avec le metteur en scène, le chef d’orchestre et les interprètes, pour moi, c’est the best.» Holly espère donc continuer à naviguer dans cet univers qui l’enchante à sa sortie de l’AtelierOffrir des coachings privés fait également partie de ses projets, idéalement dans sa ville d’adoption, bien que tous les chemins restent ouverts et que l’Europe fasse un jour parti des plans. «Pour le moment, je vais rester à Montréal si je peux!»  

Lorsque la saison s’achèvera, un tout nouveau chapitre commencera pour la jeune pianiste, mais sa famille d’adoption ne sera jamais bien loin. «L’Opéra de Montréal va certainement continuer de faire partie de ma vie. Que ce soit dans le cadre de projets ou pour prendre des nouvelles, comme une vraie famille. Mes années à l’Atelier auront probablement été les plus belles années de ma vie!» 

Retour à la page des Auditions Nationales

 

Blogue

>
  • 04 mai 2021
    Portrait : Jean-Philippe Mc Clish, baryton-basse

    JEAN-PHILIPPE MC CLISH, BARYTON-BASSE ATELIER 2019-2021

  • 03 mai 2021
    Portrait : Matthew Dalen, ténor

    MATTHEW DALEN, TÉNOR ATELIER 2019-2021

  • 07 décembre 2020
    Portrait : Holly Kroeker, pianiste

    Arrivée à Montréal en 2018 pour démarrer une nouvelle aventure à l’Opéra de Montréal, Holly est rapidement tombée amoureuse de la ville, ainsi que de la famille qu’elle a trouvée à l’Atelier lyrique.

  • 23 avril 2020
    Portrait : Rose Naggar-Tremblay

    Artiste curieuse, créative et sensible, Rose termine présentement la troisième année de son cheminement à l’Atelier lyrique. 

  • 23 avril 2020
    Portrait : Elizabeth Polese

    C’est accompagnée de son mari Jesse et de leur chienne Darcy que la soprano s’est installée à Montréal à l’automne 2018 pour débuter son aventure à l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal. 

  • 20 avril 2020
    Portrait : Spencer Britten

    C’est dans un studio ensoleillé de l’Atelier lyrique que nous faisons la connaissance du jeune ténor rossinien originaire de Vancouver.

  • 13 mars 2020
    IMPORTANT : Représentations reportées

    La santé et la sécurité de notre public, de nos artistes invités et de notre équipe sont d'une importance capitale pour le conseil d'administration et la direction de l'Opéra de Montréal.

  • 24 mai 2017
    Un feu transformateur

    Quiconque aime l’opéra connaît sans doute La bohème que le temps a promu au rang de classique du répertoire. Comme le titre l’indique, la vie de bohème est l’axe central autour duquel se construit l’histoire de quatre jeunes artistes qui, à la fin du dix-neuvième siècle, vivent dans le Quartier latin à Paris et décident de consacrer leur vie à l’art.

  • 04 avril 2017
    Bruno Laplante, l'artiste et producteur

    Bruno Laplante a fondé l’ensemble Cantabile pour diverses raisons. Il aurait pu suivre les traces de nombre de ses prédécesseurs et collègues : se cantonner dans l’opéra. Il aurait fait plus d’argent, mais trahi sa nature. Pour autant, le baryton n’a pas négligé le « théâtre total ».

  • 04 avril 2017
    Bruno Laplante, le rebelle

    Il a l’œil pétillant, Bruno Laplante. C’est vrai qu’il faut être allumé pour être rebelle. Rebelle : celui qui refuse de prendre le rang. Le baryton préfère et a toujours préféré le risque. Voilà la conclusion à laquelle j’en suis venu après presque deux heures d’entrevue avec cet homme de 78 ans, charmant, au franc parler.

  • 15 novembre 2016
    Une immense solitude

    On ne peut que penser, après avoir vu Don Giovanni, combien l’opéra a tout à nous dire du présent et de notre monde contemporain…

  • 15 octobre 2016
    Opéra de rue : célébrer la vie

    Rue Ste-Catherine, en plein centre-ville. Au sous-sol d’une église, des dizaines de personnes en situation d’itinérance font la queue pour manger et trouver un peu de répit loin de la rumeur urbaine affolante.

  • 27 septembre 2016
    Qui sommes-nous ?

    Philippe Pointard, accessoriste.

  • 29 août 2016
    Nicole Lorange : Tosca

    PORTRAIT : 2 de 2

  • 26 mai 2016
    Des flammes dévorantes

    C’est une histoire d’amour. Intense et immuable. Elle est faite de passion mais aussi de souffrance, elle met en scène le désir mais aussi la vengeance et la cruauté.

  • 29 avril 2016
    Les Feluettes, une voix significative aux amours homosexuelles

    «L’œuvre de Michel Marc Bouchard, Les Feluettes, a permis de donner une voix aux amours homosexuelles. Et je me réjouis qu’elle reprenne l’affiche, cette fois à l’Opéra de Montréal» David Platts, le président du GRIS-Montréal explique sa relation avec cette oeuvre si particulière.

  • 22 avril 2016
    Effervescence

    L'opéra au Canada depuis 50 ans À l'approche du congrès international d'OPERA America qui se tiendra du 18 au 21 mai à Montréal, je réfléchis aux cinquante dernières années de la vie lyrique au Canada et au Québec.

  • 15 mars 2016
    La saison nouvelle

    Départ imminent pour un nouveau voyage lyrique!

  • 07 février 2016
    Ce que nous sommes

    La poète québécoise Hélène Dorion, à propos d'Otello de Verdi. Photos: Yves Renaud.

  • 17 janvier 2016
    Otello vu par Sylvia L'Écuyer

    Sylvia L'Écuyer, musicologue et animatrice de l'émission Place à l'opéra sur ICI Musique, nous parle de ce chef-d'oeuvre tardif du grand Verdi.

  • 10 janvier 2016
    Un titan nommé Verdi

    Le 27 février 1901 se tient un service commémoratif que dirige le mythique chef italien Toscanini. On entonne le célèbre choeur des esclaves «Va pensiero», de l'opéra Nabucco.

  • 04 janvier 2016
    Maxime Dubé-Malenfant : portrait

    Maxime Dubé-Malenfant termine sa deuxième année à l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal. Il ne chante pas.

  • 18 décembre 2015
    Un soir de générale...

    Un billet signé Sylvia L'Écuyer, musicologue et animatrice de l'émission Place à l'opéra sur les ondes d'Icimusique.

  • 10 décembre 2015
    Elisabeth Schwarzkopf : diva assoluta

    Un billet signé Sylvia L'Écuyer, musicologue et animatrice de l'émission Place à l'opéra sur Icimusique.

  • 30 novembre 2015
    Elektra ou le deuil de la lumière

    L’une  des tâches de l’art consiste à éclairer la complexité de l’être humain.

  • 29 septembre 2015
    États de grâce

    C’est le soir de la générale... Je me suis faufilée entre un projecteur et un téléviseur. 

  • 20 septembre 2015
    Grand soir de première

    C'était soir de première à l'Opéra de Montréal! et quelle première.

  • 19 mai 2015
    Une chose extraordinaire

    Que signifie être humain aux 20e et 21e siècles? Par quoi sommes-nous tous liés, au-delà des guerres et des conflits?

  • 02 mai 2015
    Chanter, un état d'être.

    Portrait de la mezzo-soprano Fernande Chiocchio - 2e partie Première partie

  • 06 mars 2015
    Portrait : Fernande Chiocchio

    Elle est le charme incarné. Elle ouvre la bouche et charme avec sa voix de mezzo qui a porté sa carrière pendant plus de trente ans.

  • 22 septembre 2014
    La force de la beauté

    Un premier billet signé Hélène Dorion. Photo : Pierre Dury