Riders to the Sea et Le Flambeau de la nuit : une traversée en haute mer

Mode de vie

Par Marie-Pier Perron

23 juin 2021

Texte : Véronique Gauthier

Photos : Brent Calis

Mer, naufrage, déchainement des éléments : voilà ce qui attend le public qui assistera en septembre prochain au spectacle né d’une collaboration entre l’Opéra de Montréal, BOP et I Musici de Montréal. Au programme, deux courts opéras, Riders to the Sea de Vaughan Williams et Le Flambeau de la nuit, une création dont Olivier Kemeid signe le livret et Hubert Tanguay-Labrosse, la musique.

EN SAVOIR PLUS

De L’Énéide au Flambeau de la nuit

Lorsque Hubert Tanguay-Labrosse et Alexis Raynault, codirecteurs de BOP, élaborent leur projet, l’opéra de Vaughan Williams s’impose rapidement à leur esprit. « C’est une œuvre qu’on aime beaucoup et on a eu envie de la combiner avec une création qui aborderait les mêmes thèmes », explique Hubert Tanguay-Labrosse. Après avoir pris connaissance de la relecture d’Olivier Kemeid de L’Énéide, les deux hommes approchent l’auteur pour collaborer avec lui. « Mon rapport à la mer est présent dans plusieurs de mes œuvres. C’est un sujet qui me nourrit et m’interpelle beaucoup. Ils ont eu l’intuition très juste que mon univers se marierait bien avec Riders to the Sea », confirme l’homme de théâtre.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Une heureuse initiation à la création lyrique

Se mouillant à l’opéra pour la première fois, le dramaturge bénéficie de toute la confiance et de l’encadrement nécessaires de la part d’Hubert et Alexis. Les contraintes qu’apporte l’univers lyrique à son écriture, loin de le freiner, l’allument. « Je n’ai aucun problème à retravailler mes textes et à les peaufiner. À l’opéra, c’est la musique qui prédomine. Ce qui compte, c’est que le texte puisse bien se mettre dans la bouche du chanteur ou de la chanteuse, et à aucun moment je n’ai senti que je devais dénaturer ma langue pour que ça fonctionne. » Son principal défi? La contrainte du temps. « J’ai tendance à écrire des pièces-fleuves, alors écrire un opéra de 40 minutes, c’est un exercice super intéressant pour moi! » 

C’est également la première fois que Hubert Tanguay-Labrosse compose un opéra. Instrumentation évoquant le mouvement de la mer, chœur très présent, ambiances musicales évocatrices : l’expérience est concluante. « Je trouve plus facile d’écrire pour la voix que pour n’importe quel autre instrument, le texte donnant déjà des indications de la direction à prendre. Il faut dire que les mots d’Olivier ont été faciles à mettre en musique dès le départ. »

ACHETEZ VOS BILLETS

La migration: une histoire intemporelle

Dans Le Flambeau de la nuit, on suit des réfugiés qui quittent leur pays — plus particulièrement une mère et son fils —, depuis leur départ jusqu’à l’issue tragique de la traversée. Pour soulever son caractère intemporel, l’opéra ne se campe ni dans un lieu précis, ni à une époque déterminée. À saveur symbolique et mythologique, il s’inspire des mille et un récits de naufrage et de migration qui ont de tout temps marqué l’histoire, la littérature ainsi que la vie de l’auteur. « Il y a celle de la famille de mon père, qui a quitté l’Égypte en 1952, celle de Virgile, des Syriens, des Sénégalais. » Et il y a ce boat people qui a croisé sa route aux Bahamas, alors qu’âgé de 10 ans, le jeune Olivier passe une année sur un voilier avec sa famille. Ce boat people qui est allé s’échouer au large de la Floride et dont ils ont été les derniers à voir les passagers vivants.

« On ne donne pas de leçon de morale en racontant cette histoire. On est vraiment avec les personnages. Je pense que l’objectif est davantage de toucher, de rendre hommage à ces vies sacrifiées et de les humaniser ».

EN SAVOIR PLUS

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Aborder un sujet sensible avec délicatesse

Quelles précautions s’imposent lorsqu’on décide de mettre en scène un sujet brûlant comme la migration, bien présent dans notre actualité? « Pour lui rendre justice, il faut plonger et y aller corps et âme », affirme Olivier Kemeid. « Même si le livret ne se situe pas à une époque précise, les gens pourront tout de même faire des liens avec l’actualité récente », renchérit Hubert Tanguay-Labrosse. Dans un souci de favoriser l’inclusion à toutes les étapes de la production, un travail collaboratif a été mené au niveau de la scénographie entre l’équipe de concepteurs et des gens ayant eux-mêmes vécu la réalité de la migration. Le Flambeau de la nuit bénéficie également de l’apport d’un musicien iranien d’origine kurde, Showan Kavakol. L’instrument typique d’Asie centrale dont il joue, le kamancheh, apporte une couleur unique au projet, sans pour autant être stéréotypé. « J’ai aussi l’impression que mon parcours de vie et d’écriture, le fait que j’aie abordé plusieurs fois l’exil dans mes pièces, me permet de ne pas me sentir dans une récupération », exprime Olivier Kemeid.

Ce qui ne fait pas de doute, c’est que cette œuvre ne laissera personne indifférent. Cet automne, ce sera au tour public d’en faire sa propre lecture, au plus grand plaisir des créateurs!

ACHETEZ VOS BILLETS

Blogue

>
  • 04 mai 2021
    Portrait : Jean-Philippe Mc Clish, baryton-basse

    JEAN-PHILIPPE MC CLISH, BARYTON-BASSE ATELIER 2019-2021

  • 03 mai 2021
    Portrait : Matthew Dalen, ténor

    MATTHEW DALEN, TÉNOR ATELIER 2019-2021

  • 07 décembre 2020
    Portrait : Holly Kroeker, pianiste

    Arrivée à Montréal en 2018 pour démarrer une nouvelle aventure à l’Opéra de Montréal, Holly est rapidement tombée amoureuse de la ville, ainsi que de la famille qu’elle a trouvée à l’Atelier lyrique.

  • 23 avril 2020
    Portrait : Rose Naggar-Tremblay

    Artiste curieuse, créative et sensible, Rose termine présentement la troisième année de son cheminement à l’Atelier lyrique. 

  • 23 avril 2020
    Portrait : Elizabeth Polese

    C’est accompagnée de son mari Jesse et de leur chienne Darcy que la soprano s’est installée à Montréal à l’automne 2018 pour débuter son aventure à l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal. 

  • 20 avril 2020
    Portrait : Spencer Britten

    C’est dans un studio ensoleillé de l’Atelier lyrique que nous faisons la connaissance du jeune ténor rossinien originaire de Vancouver.

  • 13 mars 2020
    IMPORTANT : Représentations reportées

    La santé et la sécurité de notre public, de nos artistes invités et de notre équipe sont d'une importance capitale pour le conseil d'administration et la direction de l'Opéra de Montréal.

  • 24 mai 2017
    Un feu transformateur

    Quiconque aime l’opéra connaît sans doute La bohème que le temps a promu au rang de classique du répertoire. Comme le titre l’indique, la vie de bohème est l’axe central autour duquel se construit l’histoire de quatre jeunes artistes qui, à la fin du dix-neuvième siècle, vivent dans le Quartier latin à Paris et décident de consacrer leur vie à l’art.

  • 04 avril 2017
    Bruno Laplante, l'artiste et producteur

    Bruno Laplante a fondé l’ensemble Cantabile pour diverses raisons. Il aurait pu suivre les traces de nombre de ses prédécesseurs et collègues : se cantonner dans l’opéra. Il aurait fait plus d’argent, mais trahi sa nature. Pour autant, le baryton n’a pas négligé le « théâtre total ».

  • 04 avril 2017
    Bruno Laplante, le rebelle

    Il a l’œil pétillant, Bruno Laplante. C’est vrai qu’il faut être allumé pour être rebelle. Rebelle : celui qui refuse de prendre le rang. Le baryton préfère et a toujours préféré le risque. Voilà la conclusion à laquelle j’en suis venu après presque deux heures d’entrevue avec cet homme de 78 ans, charmant, au franc parler.

  • 15 novembre 2016
    Une immense solitude

    On ne peut que penser, après avoir vu Don Giovanni, combien l’opéra a tout à nous dire du présent et de notre monde contemporain…

  • 15 octobre 2016
    Opéra de rue : célébrer la vie

    Rue Ste-Catherine, en plein centre-ville. Au sous-sol d’une église, des dizaines de personnes en situation d’itinérance font la queue pour manger et trouver un peu de répit loin de la rumeur urbaine affolante.

  • 27 septembre 2016
    Qui sommes-nous ?

    Philippe Pointard, accessoriste.

  • 29 août 2016
    Nicole Lorange : Tosca

    PORTRAIT : 2 de 2

  • 26 mai 2016
    Des flammes dévorantes

    C’est une histoire d’amour. Intense et immuable. Elle est faite de passion mais aussi de souffrance, elle met en scène le désir mais aussi la vengeance et la cruauté.

  • 29 avril 2016
    Les Feluettes, une voix significative aux amours homosexuelles

    «L’œuvre de Michel Marc Bouchard, Les Feluettes, a permis de donner une voix aux amours homosexuelles. Et je me réjouis qu’elle reprenne l’affiche, cette fois à l’Opéra de Montréal» David Platts, le président du GRIS-Montréal explique sa relation avec cette oeuvre si particulière.

  • 22 avril 2016
    Effervescence

    L'opéra au Canada depuis 50 ans À l'approche du congrès international d'OPERA America qui se tiendra du 18 au 21 mai à Montréal, je réfléchis aux cinquante dernières années de la vie lyrique au Canada et au Québec.

  • 15 mars 2016
    La saison nouvelle

    Départ imminent pour un nouveau voyage lyrique!

  • 07 février 2016
    Ce que nous sommes

    La poète québécoise Hélène Dorion, à propos d'Otello de Verdi. Photos: Yves Renaud.

  • 17 janvier 2016
    Otello vu par Sylvia L'Écuyer

    Sylvia L'Écuyer, musicologue et animatrice de l'émission Place à l'opéra sur ICI Musique, nous parle de ce chef-d'oeuvre tardif du grand Verdi.

  • 10 janvier 2016
    Un titan nommé Verdi

    Le 27 février 1901 se tient un service commémoratif que dirige le mythique chef italien Toscanini. On entonne le célèbre choeur des esclaves «Va pensiero», de l'opéra Nabucco.

  • 04 janvier 2016
    Maxime Dubé-Malenfant : portrait

    Maxime Dubé-Malenfant termine sa deuxième année à l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal. Il ne chante pas.

  • 18 décembre 2015
    Un soir de générale...

    Un billet signé Sylvia L'Écuyer, musicologue et animatrice de l'émission Place à l'opéra sur les ondes d'Icimusique.

  • 10 décembre 2015
    Elisabeth Schwarzkopf : diva assoluta

    Un billet signé Sylvia L'Écuyer, musicologue et animatrice de l'émission Place à l'opéra sur Icimusique.

  • 30 novembre 2015
    Elektra ou le deuil de la lumière

    L’une  des tâches de l’art consiste à éclairer la complexité de l’être humain.

  • 29 septembre 2015
    États de grâce

    C’est le soir de la générale... Je me suis faufilée entre un projecteur et un téléviseur. 

  • 20 septembre 2015
    Grand soir de première

    C'était soir de première à l'Opéra de Montréal! et quelle première.

  • 19 mai 2015
    Une chose extraordinaire

    Que signifie être humain aux 20e et 21e siècles? Par quoi sommes-nous tous liés, au-delà des guerres et des conflits?

  • 02 mai 2015
    Chanter, un état d'être.

    Portrait de la mezzo-soprano Fernande Chiocchio - 2e partie Première partie

  • 06 mars 2015
    Portrait : Fernande Chiocchio

    Elle est le charme incarné. Elle ouvre la bouche et charme avec sa voix de mezzo qui a porté sa carrière pendant plus de trente ans.

  • 22 septembre 2014
    La force de la beauté

    Un premier billet signé Hélène Dorion. Photo : Pierre Dury