29 JANVIER • 1 • 3 FÉVRIER → 19H30
DIMANCHE 6 FÉVRIER → 14H00

 

Aperçu

Langue: 
Italien (Sous-titres : Français et anglais)
Durée: 
2h15

Résumé

L’audace de Joséphine Baker, symbole important de l’émancipation des Noir.es, est en filigrane de cette toute nouvelle version du fameux opéra de Verdi mettant en lumière le talent de la grande soprano québécoise Marie-Josée Lord.

Paris, années 20 : les Années folles. L’artiste de cabaret Violetta est une courtisane notoire et fière. Le jeune Alfredo est un homme de bonne famille. Naïfs et amoureux, ils défieront les conventions qui séparent leurs deux mondes afin de vivre leur passion. Mais à quel prix?

Réabonnez-vous ici !
Abonnez-vous ici !

Billets unitaires en vente à l'automne 2021

Compositeur

Giuseppe Verdi  >

D’origine modeste, mais pas autant qu’il s’est plu à le prétendre, Verdi commence ses études chez l’organiste du village, les poursuit auprès du maestro di musica de Busseto et les complète à Milan, alors considéré comme le centre culturel italien, auprès de Lavigna, répétiteur à La Scala...

Metteur en scène

Alain Gauthier  >

Metteur en scène apprécié du milieu lyrique, Alain Gauthier continue de faire sa marque en Amérique du Nord. Il signe plusieurs mises en scène pour l’Opéra de Montréal dont Suor Angelica, Il tabarro, Il barbiere di Siviglia, Pagliacci/Gianni Schicchi (prix Opus du meilleur spectacle de l’année), La bohème, L’étoile (...)

Distribution

Décors : Christina Poddobiuk / Costumes : Christina Poddobiuk / Éclairages : Kevin Lamotte

Coproduction : Edmonton Opera / Manitoba Opera / Vancouver Opera / Pacific Opera Victoria / Opéra de Montréal

Chœur de l’Opéra de Montréal

Orchestre symphonique de Montréal

Argument

  • Argument

    Entretenue par le riche baron Douphol, la courtisane Violetta, artiste de cabaret noire, s’étourdit dans le luxe et les plaisirs pour oublier la terrible maladie qui menace ses jours. Lors d’une fête qu’elle donne chez elle, elle se laisse séduire par Alfredo, dont la ferveur parvient à la détourner de sa vie dissolue. Ayant tout abandonné, Violetta croit pouvoir vivre son amour avec Alfredo à la campagne, loin de l’agitation de Paris ; mais pour goûter ce bonheur, la jeune femme doit vendre ses biens. Vient le père d’Alfredo, Giorgio Germont, qui supplie Violetta de rompre avec son fils car sa liaison avec une courtisane est un scandale qui rend impossible le mariage de sa jeune sœur. Violetta refuse de renoncer à son amour, puis elle finit par céder aux prières de Germont. Laissant croire à Alfredo qu’elle le quitte pour retrouver son ancien protecteur, Violetta accepte de se rendre à une fête où elle apparaît au bras de Douphol. Fou de douleur Alfredo rejoint Violetta qu’il insulte publiquement. Oubliée et ruinée, Violetta va mourir dans son appartement vidé par les créanciers. Seul l’espoir de revoir Alfredo la maintient encore en vie. Le jeune homme et son père arrivent enfin, mais il est trop tard. La joie des retrouvailles et le réconfort du pardon ne suffisent pas à sauver Violetta qui meurt dans les bras de son amant.