Pleins feux sur Rose Naggar-Tremblay

Pleins feux sur Rose Naggar-Tremblay (Atelier 2017-2020), artiste en résidence à l’Opéra de Montréal, mezzo, librettiste et compositrice!
 

Parmi ses mille et un projets cette saison, Rose offre des ateliers d’écriture à des jeunes âgés de 15 à 24 ans, vivant avec la maladie mentale, dans le cadre du projet Et à l’opéra. Elle nous dévoile les moments forts de cette rencontre où ces jeunes sont invités à devenir les artisans et les interprètes du processus de création d’un mini-opéra!

Pour une deuxième saison, tu accompagnes les jeunes du projet ET à l’opéra dans l’écriture du livret de leur spectacle (ils réécrivent La flûte enchantée de Mozart). Comment as-tu mis à profils tous tes talents pour outiller et accompagner ces jeunes dans l’écriture de leur propre opéra?

J’ai été surprise de découvrir certaines aptitudes transversales que je ne me connaissais pas avant l’aventure ET à l’Opéra. J’ai développé une capacité à filtrer les propositions des participants pour les ramener à l’essentiel. Mon écoute active et mon instinct artistique me permettent de rapidement traduire un paragraphe en quelques mots-clés et d’aider mes co-librettistes à préciser leurs pensées. Je prépare toujours mes activités en détail pour profiter au maximum de notre temps ensemble, mais je pense que c’est ma souplesse et ma capacité à rebondir rapidement quand une bulle d’inspiration traverse la pièce qui servent le plus le projet. 

Quels ont été les plus grands défis que tu as rencontrés et les moments insoupçonnés?

Dès le premier, atelier j’ai proposé aux jeunes qu’on entame un processus de collaboration. J’allais leur apprendre ce que je savais sur l’écriture de chanson, le chant et la tradition opératique, et eux m’aideraient à réaliser mon rêve de devenir librettiste. Nous avons tous fait preuve de beaucoup d’écoute et de courage, ouvrant la porte aux groupes sur nos mondes intérieurs respectifs. Je suis constamment émerveillée par la maturité de leurs réflexions, leur sens poétique, leur imagination et surtout la vérité de leurs textes.

Chanteuse, compositrice et librettiste, comment cultives-tu toutes ces facettes de ta créativité?

Étienne Dupuis nous disait récemment en classe de maitre que sur scène et dans la vie, plus tu donnes de l’énergie, plus ton corps en génère (je paraphrase). C’est exactement ce que je ressens dans mon travail personnel. Quand j’ai l’impression que ma batterie d’interprète est vide, je me régénère à travers l’écriture ou la composition, et vice-versa.

À quoi peut s’attendre le public qui viendra écouter cette version de La flûte enchantée de Mozart en mai prochain?

Notre livret porte un regard humain et philosophique sur l’univers de la flûte enchantée. Nous avons imaginé une suite à l’histoire, transposant l’action 500 ans plus tard, dans un musée commémorant le décès de la Reine de la nuit. Les jeunes ont posé un regard critique sur la notion de bien et de mal, ayant particulièrement à cœur de nuancer les personnages du drame original. Le public verra un Musée enchanté qui révèle, sur la musique de Mozart remaniée par notre Éric Champagne national, les secrets d’un royaume beaucoup plus complexe que ce qui n’y parait. De l’humour, des réflexions profondes, des musiciens hors pair (des membres de l’orchestre de l’Agora sous la direction de Nicolas Ellis), mais surtout des jeunes courageux et authentiques qui m’en apprennent tellement sur mon métier.

Pour en savoir plus sur Rose et ce projet, c'est par ici!

Nouvelles

>