Lucia ou la cantatrice à son meilleur

Les 9. 12. 14 et 17 novembre prochains, l’Opéra de Montréal présente Lucia di Lammermoor de Gaetano Donizetti à la salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts.

Lucia, un personnage marquant

Prise entre les volontés et les manigances de son frère et l’amour qu’elle porte pour l’ennemi juré de celui-ci, Lucia sombre peu à peu dans la démence. S’en suit l’air de la folie, grand moment de cet opéra et l'un des plus grands airs du répertoire, où la soprano livre une performance démontrant son talent de comédienne et de cantatrice. En effet, ce rôle nécessite une grande maitrise vocale jumelée à une sensibilité dramatique, c’est pourquoi les femmes qui l’ont interprété ont marqué l’histoire de l’opéra. Elles ont, chacune à leur manière, façonné cette entité, pour laisser aujourd'hui une Lucia plus complexe et moins stéréotypée dans son identité de « folle ».

Déjà au 19e siècle, on attachait une grande importance à l'interprétation de ce rôle. La créatrice du rôle, Fanny Persiani, en est la précurseure; « au-delà de la performance vocale inhérente à ce rôle, un des plus difficiles de tout le répertoire de soprano bel cantiste, elle avait su devenir Lucia, incarner Lucia, faire vivre Lucia. Aujourd’hui encore, c’est ce qui marque la différence entre les chanteuses qui chantent Lucia et celles qui l’incarnent. » (Source). Depuis, les sopranos qui prennent ce rôle sont évaluées et comparées entre elles par rapport à leur interprétation. En voici quelques-unes qui ont osé!


 

Maria Callas

« La Callas », est bien connue pour ses interprétations d’une grande intensité dramatique. En effet, elle « a bouleversé l'art lyrique du XXe siècle en valorisant l'approche du jeu d'acteur, jusqu'alors relégué au second plan. » Sa virtuosité et son grand registre et sa facilité à jouer lui permettent d’interpréter des rôles au destin tragique tels que Lucia.

« Lucia di Lammermoor connut une véritable résurrection grâce à l’interprétation exceptionnelle qu’en donna Maria Callas lors de sa prise de rôle de Mexico en 1952. (…) Maria Callas allait définitivement établir que la fameuse « scène de la folie » du troisième acte réclamait autant de sensibilité dramatique que de prouesses techniques.  Lucia di Lammermoor ne pourrait plus désormais se réduire à « un opéra pour prima donna ». (Source

Maria Callas dans Lucia di Lammermoor en 1952:

˃˃ Achetez vos billets pour Lucia di Lammermoor dès maintenant ! 


 

Joan Sutherland

La cantatrice australienne, surnommée « la stupéfiante », est bien connue pour la touche unique qu’elle a apportée à son interprétation de Lucia, ainsi que pour son apport à la culture du bel canto. Son timbre et sa technique exceptionnelle font d’elle une candidate idéale pour ce rôle.

C’est seulement après quelques années de carrière qu’on lui propose de chanter Lucia à Covent Garden;  « ce rôle transforme la carrière de Joan Sutherland et la célèbre ''scène de la folie'' la propulse au rang de vedette internationale. En 1960, elle enregistre un disque d’airs d’opéra, L’Art de la Prima Donna, considéré par certains critiques comme l'un des plus remarquables récitals discographiques jamais réalisés. » (Source

Joan Sutherland dans l’air de la folie :

Critiques

Anthony Tommasini dans The New York Times : « Sutherland ''the Stupendous One'' après ses débuts italiens, à Venise en 1960. Et pendant 40 ans, son nom a perduré auprès des amateurs d’opéra du monde entier. Ses débuts au Metropolitan Opera de New York en 1961, dans Lucia di Lammermoor de Donizetti, ont suscité une telle excitation que les voyageurs debout ont commencé à faire la queue à 7h30 ce matin-là. Son chant de la scène folle a attiré une tonnante ovation de 12 minutes. »

 

˃˃ Découvrez qui la soprano colorature coréenne américaine qui prendre le rôle titre de Lucia chez nous les 9, 12, 14 et 17 novembre prochain ici. 


 

anna netrebko

« Artiste aux multiples facettes, sa voix d'une grande ampleur, son timbre riche, son côté ''glamour'' et ses talents de comédienne lui permettent d'interpréter les plus grands rôles » dont celui de Lucia, Anna Netrebko est sans doute l'une des artistes lyriques les plus en vue (et la plus réclamée!) du 21e siècle.

L'une de ses dernières performances marquantes de Lucia remonte à 2009 au Metropolitan Opera : « Pourtant, au cours de la première partie de la scène de la folie, après que Lucia ait poignardé son mari à mort la nuit de leurs noces, Mme Netrebko était envoûtante. Dans le passage pianissimo feutré, quand la jeune femme délirante croit qu'elle et son bien-aimé Edgardo sont enfin unis, elle a créé une magie vocale, en créant des lignes aux couleurs spectrales correspondant aux sons étranges de l'harmonica de verre, joué par Cecilia Brauer. Son expressivité terreuse et modérée me faisait penser à Callas. » (Anthony Tomassini, New York Times, 2009)

Anna Netrebko chante l'air de la folie: 

˃˃ Achetez vos billets pour Lucia di Lammermoor dès maintenant ! 

Nouvelles

>