« Je suis un homme chanceux. Le temps a été bon avec moi. Enfin, la plupart du temps… »

Aperçu

Langue: 
Anglais (Sous-titres : français et anglais)
Durée: 
2h10
Entracte: 
1

Résumé

Le drame intime et poétique d’un homme qui a changé le destin de l’Amérique du XXe siècle. Une œuvre spectaculaire, une musique poignante, un livret où les larmes s’illuminent de quelques sourires.

Dans une chambre d’hôtel, douze heures avant la fusillade de Dallas, Jack (John F.) et Jackie s’abandonnent à une fascinante hallucination qui explore la fragilité humaine à l’approche du sort tragique qui les guette…

Médiathèque

Extraits musicaux

JFK - extraits musicaux

Compositeur

David T. Little  >

Très actif sur la scène musicale, on le retrouve surtout à New York où il a enseigné la musique pour le programme Musical Connections de Carnegie Hall, en plus d’être un des fondateurs de la New Music Bake Sale...

Metteur en scène

Thaddeus Strassberger  >

 "Peu de jeunes metteurs en scène d'opéra ont démontré un tel talent que Thaddeus Strassberger's." 
-Opera News 'Opera's Next Wave' Feature

Distribution

Décors Thaddeus Strassberger /Costumes Mattie Ulrich / Éclairages Chad R. Jung / Orchestre symphonique de Montréal / Chœur de l’Opéra de Montréal / Production Fort Worth Opera

Commande du Fort Worth Opera, Darren K. Woods, directeur général; American Lyric Theater, Lawrence Edelson, dirrecteur artistique et de production; et l’Opéra de Montréal.

Commande soutenue par Linda H. & Richard N. Claytor, Ph.D. pour Sophie. Recherche historique par William Madison. Soutien dramaturgique de Michael Cohen et Cori Ellison. Traduction russe par Vita Tzykun

 

 

Argument

  • Argument

    Dans leur suite présidentielle de l’Hôtel Texas à Fort Worth, en proie à l’agitation et tandis que deux Parques les guident vers la tragédie qui les menace (la troisième Parque les attend à Dallas), les Kennedy sombrent lentement dans le sommeil. À travers les visions saisissantes – émergeant de leurs songes ou induites par la prise de narcotiques – l’opéra nous fait découvrir l’inconscient de ce couple complexe, en examinant ses souffrances physiques et émotionnelles, ses joies et ses amours, mais aussi sa métamorphose en un véritable mythe américain.

  • Mot des créateurs

    JFK nous fait revivre les heures passées par le président John F. Kennedy à Fort Worth, au Texas, tout juste avant son assassinat à Dallas. Ce nouveau grand opéra explore la vie intérieure du président et de sa femme au cours de leurs derniers moments ensemble. Bien que fondé sur les recherches approfondies que nous avons menées au sujet de ces personnages et événements, l’opéra ne constitue pas un document historique, ni la représentation de l’assassinat lui-même. Comme nous l’avions fait dans notre opéra de chambre Dog Days, nous avons voulu ici nous éloigner de la réalité autant que la vérité l’exigeait.

    Inspiré de faits véridiques concernant la dernière nuit des Kennedy, l’opéra utilise les rêves pour créer un espace-temps imaginaire, permettant ainsi au couple de revoir les gens qui ont eu une influence dans leurs vies, que ce soit sur le plan personnel ou politique. Jack voyage avec sa sœur Rosemary jusque sur la lune, où il croise le fer avec des adversaires politiques et revit l’époque où il courtisait la sage Jacqueline. Jackie chante un duo avec la femme qu’elle deviendra plus tard, Jacqueline Onassis, qui lui fait revêtir son emblématique tailleur rose Chanel en lui assurant qu’elle a un rôle à jouer dans les événements de la journée. Si le temps est flexible dans ce drame, le destin, lui, ne l’est pas.

    JFK est le tableau d’un précipice. Les brefs moments d’espoir avant qu’une page cosmique se tourne, que l’optimisme vacille et que l’Amérique entre de force dans une ère nouvelle et incertaine. Cet opéra est le portrait de l’homme en qui nous projetons nos espoirs, nos rêves et nos peurs. L’œuvre explore le sentiment de perte immense que nous ressentons encore. Elle présente les luttes les plus intimes d’un être humain fragile, voué à une disparition précoce alors que le temps poursuit inexorablement sa course. Et bien que l’opéra s’attarde aux émotions du président Kennedy et de sa femme, cette histoire, c’est aussi la nôtre. Une histoire qui nous rapproche toujours davantage de notre destin et de cet ultime moment, réel ou imaginé.

                      — David T. Little, compositeur, et Royce Vavrek, librettiste