Nouvelles

16 Avril 2015
Vidéo de présentation

Découvrez Les feluettes à travers le regard de Michel Marc Bouchard, librettiste et Étienne Dupuis, soliste. 

#Lesfeluettes

 

16 Avril 2015
Extraits musicaux

Voici quelques extraits musicaux tirés de la prochaine création de l'Opéra de Montréal : Les feluettes ! 

#Lesfeluettes 

 

6 Mars 2015
Vidéos de l'équipe de création

Explorez l'univers des feluettes à travers de courtes vidées de l'équipe de création : 

-Michel Marc Bouchard, librettiste

-Kevin March, compositeur

-Michel Beaulac, directeur artistique de l'Opéra de Montréal 

Découvrez les vidéos dans la rubrique 'Équipe de création'.

 

15 Avril 2014
Lancement du microsite Les Feluettes !

Suivez la création Les Feluettes 2016 !

à l’Opéra
de Montréal
en 2016

L’Opéra de Montréal est fier d’annoncer un tout nouveau projet de création d’un opéra pour 2016 : Les feluettes, d’après la pièce du dramaturge québécois Michel Marc Bouchard, sur une musique du compositeur australien Kevin March.

Argument

En 1952, un groupe de prisonniers, sous la direction de Simon, un des leurs, séquestrent un évêque du nom de Bilodeau pour lui présenter une pièce de théâtre relatant des événements ayant eu lieu quarante ans auparavant alors que Simon et lui fréquentaient le collège de Roberval au Lac Saint-Jean.

Tel un procès, cette séquestration a pour but de faire avouer à Bilodeau un crime qu'il aurait commis et pour lequel Simon a été injustement condamné alors que ce dernier était amoureux de Vallier de Tilly, un jeune aristocrate français et ruiné, exilé avec sa mère au Québec.

Cette mise en abîme théâtrale – pièce dans la pièce –, où les rôles d'hommes et de femmes ne sont joués que par des hommes, a marqué l'imaginaire à travers le monde de par ses qualités théâtrales et sa charge émotive.

Autour de la pièce

Créée à Montréal en 1987 dans une mise en scène d'André Brassard, puis reprise en 2002 dans une mise en scène de Serge Denoncourt (Prix de l'Académie du Théâtre québécois, 2002), elle a été produite plus de 50 fois à travers le monde. Elle a été présentée dans plusieurs festivals dont celui d'Avignon, de Dublin et de Limoges. Elle a tenu l'affiche plus de trois mois au Théâtre du Ranelagh à Paris. Elle fait partie du répertoire de la Cie Los Endebles de Mexico et de Studio Life de Tokyo, qui la rejouent fréquemment.

En 1996, le réalisateur canadien John Greyson signait LILIES, l'adaptation cinématographique de la pièce (Prix Génie du meilleur film canadien, 1996).

Créée à Anvers en 2011, la comédie musicale flamande LELIES, inspirée de la pièce, a obtenu le Prix 2012 du meilleur théâtre musical de Belgique; elle sera reprise en Belgique et en Hollande en 2015.

Michel Marc
Bouchard

Auteur dramatique, scénariste et maître d’œuvre d’expositions, on lui doit une vingtaine de pièces de théâtre dont Les feluettes, Les muses orphelines, L’histoire de l’oie, Le chemin des passes dangereuses et tout récemment Tom à la ferme et Christine, la reine- garçon. Ses œuvres, traduites en plus de dix langues, ont été jouées dans les plus importants théâtres québécois, canadiens et étrangers ainsi que dans les festivals internationaux les plus reconnus. Récipiendaire du Prix du Centre national des arts, du Chalmers Award, du Dora Mavor Moore Award, du Prix de l’Association québécoise des critiques de théâtre, du Primo Arte Candoni et du Prix de SACD (Paris), il a été reçu Officier de l’Ordre du Canada en 2005 et Chevalier de l'Ordre du Québec en 2012.

Ses pièces Les feluettes (Génie du meilleur film, 1996), Les muses orphelines, L’histoire de l’oie (Gémeau de la meilleure œuvre dramatique, 1998), Les grandes chaleurs, Tom à la ferme (Prix de la critique 2013, Mostra de Venise) ont été adaptées pour le cinéma. The Girl King, la version anglaise de Christine, la reine-garçon, sera présentée au prestigieux Festival de Stratford en 2014 et sera adaptée au cinéma par le réalisateur finlandais Mika Kaurismaki.

 

Michel
Beaulac

Michel Beaulac est né à Montréal où dès l'adolescence il reçoit une formation en piano. Après des études en pédagogie et une dizaine d'années consacrées à l'enseignement, il entreprend des études à l'Université du Québec à Montréal (UQÀM) en arts plastiques et en chant. Lauréat de la Fondation McAbbey (sculpture), il expose ses œuvres dans le circuit universitaire montréalais, le réseau des maisons de la culture ainsi qu'à la Galerie du Petit Musée de Québec.

Sa passion de l'art lyrique l'amène à animer une émission radio où il se fait remarquer par le directeur de l'Opéra de Montréal de l'époque qui l'invite à se joindre, en 1989, à l'équipe des communications. Il assume par la suite diverses fonctions au sein de la compagnie, soit comme concepteur-scénographe, assistant au directeur artistique et plus récemment administrateur artistique, poste qu'il occupe à partir de 1997 et qu'il conserve parallèlement à la direction artistique.

À titre de scénographe, de coscénographe et de concepteur de costumes, il a collaboré à plus de sept productions et coproductions pour l'Opéra de Montréal dont Andrea Chénier, Carmen, Fedora, Manon, Manon Lescaut, Don Carlo, Carmina burana (présenté avec mise en scène) ainsi que des productions pour les tournées canadiennes de l'Atelier lyrique dont L'élixir d'amour et Le barbier de Séville.

 

Kevin
March

Kevin est né et a grandi aux États-Unis. Il a obtenu une maîtrise et un doctorat à l’Université du Michigan avant de déménager à Melbourne en 2004. En Australie, il a bénéficié d’illustres professeurs de composition et de mentors australiens tels que Richard Mills, Gerard Brophy, Maria Grenfel et Paul Stanhope. À présent, il enseigne la composition et la théorie musicale au Conservatoire de musique de l’Université de Melbourne.

Compositeur australien maintes fois primé, ces œuvres ont été jouées en Amérique du Nord, en Europe et en Australie par le Tasmanian Symphony Orchestra, Orchestra Victoria, l’ensemble Ironwood, Halcyon, l’Arcko Ensemble, l’ASTRA Chamber Music Society, Chronology Arts, Brave New Works ainsi que par le New York City Opera. En 2010, Kevin a remporté la première place aux Prix nationaux de composition musicale de 3MBS pour son œuvre orchestrale Kambarang et, en 2009, le prix Dorian La Galliene pour son œuvre de musique de chambre Ophélie. Parmi les commandes qu’il a reçues récemment, citons d’abord celle en provenance de l’Arcko Symphonic Ensemble, Beautiful Apocalypse (un opéra de chambre multimédia fondé sur la vie de Joachim de Flore et l’apocalypse de 2012), puis Ouvre-moi la Porte, une œuvre destinée à Neal Perez de Costa et Daniel Yeadon que le Conservatoire de Sydney et l’Ars Musica Australis ont choisie pour souligner le centième anniversaire du Conservatoire de musique de Sydney et, pour finir, Tango & Terror, une œuvre destinée à la violoniste Sarah Curro.

 

 

Serge
Denoncourt

Avec plus d’une centaine de mises en scène à son actif, Serge Denoncourt anime le milieu théâtral de multiples façons. Ex-directeur du Théâtre du Trident, cofondateur et directeur artistique du Théâtre de l'Opsis pendant dix ans, metteur en scène réputé, il a su conjuguer son amour des grands classiques (Tchekhov, Gorki, Molière), son intérêt pour le répertoire du XXe siècle (Botho Strauss, Steven Berkoff, Bertolt Brecht, Arthur Miller, Tennessee Williams) et la dramaturgie québécoise (Michel Tremblay, Michel Marc Bouchard). Artiste polyvalent, Serge Denoncourt travaille également à l'opéra et en variétés.  Il est le metteur en scène du spectacle d'Arturo Brachetti et a développé le concept visuel et artistique de deux tournées mondiales de la star européenne Eros Ramazzotti.  Il a également assuré la direction d’acteurs de trois épisodes de la série Solström du Cirque du Soleil.  En 2004, il recevait le Masque du public Loto-Québec ainsi que le Masque de la meilleure production pour Les Feluettes présenté à L'Espace GO.  Ce spectacle a été présenté en anglais, au prestigieux Théâtre A.C.T. de San Francisco.  Serge Denoncourt a conçu et mis en scène le spectacle Believe, du Cirque du Soleil à Las Vegas.  Il est aussi comédien.

 

Infopéra

L’INFOLETTRE DE L’OPÉRA DE MONTRÉAL
Pour ne rien manquer de l’actualité lyrique.