LA TRAVIATA : «THE COURTESAN EXPERIENCE»

Partager cet article

Portrait de JeanFrancois

Montons à bord de la Delorean pour rejoindre une époque dénuée d’iPhone où seule la lecture d'une lettre érotique avait des pouvoirs, aphrodisiaques bien sûr, mais surtout des pouvoirs tout courts. Imaginez alors la puissance que pouvait avoir la gent féminine lorsqu'elle n’avait qu'à «flasher» une cheville pour que tous les hommes congédient illico leur pusher de Viagra. C’est ainsi que celles qu’on appelait «courtisanes» maniaient le verbe (et bien d’autres choses encore) à merveille en se servant de leur pouvoir d’attraction pour obtenir ce qu’elles voulaient. Mais bon, c’est certain qu’avant d’ouvrir les jambes devant n’importe quel quidam, il faut d’abord avoir l’esprit ouvert.

Avoir été née femme à la fin du XIXe siècle, j'aurais probablement fait parti de ces féministes avant l’heure. Car oui, je crois que j'aurais été game comme la Satine de Moulin Rouge de porter des décolletés plongeants pour pouvoir enfiler sans remords champagne, petits fours et macarons comme le faisait si bien la Marie-Antoinette désabusée de Sophia Coppola.

Car entre cette vie remplie de bling et de parties de jambes en l’air et celle sans issue des autres femmes dites « ordinaires » qui se tapaient des maris violents et infidèles, le choix me semble plutôt évident. Mais bon, le modèle 1977 que je suis est reconnaissant d’être venu au monde l’année de Star Wars et de n’avoir pas besoin de lever la cuisse pour se payer un téléphone intelligent.

En 1921, le film Camille, un genre de Dame aux camélias version années folles, sortait sur les écrans américains. Cette scène de fête démontre bien la décadence, mais aussi comment la maladie emmène tranquillement Marguerite vers son dénouement tragique. À ce sujet, l’actrice Alla Nazimova personnifiant Marguerite fut reconnue pour son lesbianisme et ses célèbres fêtes dans sa maison de Sunset Boulevard bien avant Paris Hilton. Incapable de se débarrasser du personnage de Marguerite qui lui collait si bien à la peau, elle s’est d’ailleurs éteinte sans le sou à l’âge de 66 ans.

Mais aujourd’hui, qui sont les courtisanes modernes? Nelly Arcan n’étant plus de ce monde, un de mes cinéastes préférés, Steven Soderbergh, a tenté de répondre à cette question en réalisant THE GIRLFRIEND EXPERIENCE, fabuleux petit film réalisé dans l’urgence de l’élection présidentielle de 2008 avec la pornstar Sasha Grey interprétant une escorte.

Sous cette critique à peine voilée de l’économie américaine se déroule la même histoire: celle d’une femme qui prête son corps pour se hisser au rang des riches et goûter à une certaine liberté. C’est dire que même au 3e millénaire, le plus vieux métier du monde nous montre que plus ça change… plus c'est pareil.

Commentez

Facebook

Retour aux articles