Une chose extraordinaire

Actualités lyriques

Par Hélène Dorion

19 mai 2015

UNE CHOSE EXTRAORDINAIRE…

C’était une chose extraordinaire… Je ne l’oublierai jamais.

Que signifie être humain aux 20e et 21e siècles? Par quoi sommes-nous tous liés, au-delà des guerres et des conflits? Quel est le poids de la fraternité, et même de l’humanisme devant la différence de l’Autre qui apparaît souvent comme une menace?  Et à partir du moment où l’on connaît l’Autre, peut-on encore lui faire la guerre?

Telles sont quelques-unes des questions nombreuses et essentielles que soulève Silent Night, opéra contemporain qui nous plonge de manière intense et sensible au cœur des affres et des atrocités de la guerre, et ouvre par là une fenêtre donnant sur ce que l’humain a de meilleur, de plus juste et vrai.

De nombreux opéras ont été écrits pour faire résonner la complexité et la beauté de l’âme humaine qui est mise en situation à travers des faits sociaux, des conflits familiaux, des scénarios amoureux, des guerres. Silent Night est à cet égard un opéra d’une richesse inouïe, tant pour la musique - marquée par une diversité de couleurs et une force évocatrice singulière - que pour le propos dense, la mise en scène qui compose des tableaux émouvants tout en conservant une sobriété efficace, et la performance sensible des chanteurs et chanteuses, si bien que l’on trouve ici un bonheur rare!

Silent Night a été écrit à partir du film Joyeux Noël où l’on raconte la trêve qui a eu lieu sur le champ de bataille durant  la nuit de Noël 1914, à proximité de la frontière française.

On sait ce que raconte chaque guerre, quelle qu’elle soit : combats effroyables, morts qui s’accumulent dans tous les clans, et la haine s’accroît, se nourrit de la perte d’un frère, d’un camarade, d’un fils, en plus d’une misère imposée par des conditions de vie souvent intolérables : avoir froid, avoir faim, avoir des poux dans les cheveux et le corps sale, c’est aussi cela, la guerre, la réalité humaine des champs de bataille, - c’est aussi avoir peur d’oublier le visage de la femme qu’on aime, de ne jamais connaître l’enfant qu’elle a mis au monde, de ne plus revoir son père et sa mère, et surtout, de vivre un futur vide de sens après toute la charge de ce présent intolérable qui n’ouvre que sur un horizon empreint de sombres souvenirs.

Au retour de la guerre, à cette époque, les combattants étaient en effet laissés à eux-mêmes, le gouvernement ne reconnaissait nullement l’existence des chocs post-traumatiques. La médecine mettra d’ailleurs longtemps à comprendre et à assumer la réalité de ce phénomène. Les hommes qui revenaient de la guerre restaient silencieux quant à leur humanité bafouée, leur cœur déchiré par la souffrance dont ils auront été les témoins impuissants.

Et ceux qui décident des stratégies, qui parient sur les vies humaines pour une victoire au nom du patriotisme et des pouvoirs politique et économique, ceux-là vivent une toute autre réalité. Et loin du champ de bataille, il y a aussi ceux et celles qui espèrent et attendent le retour d’un fils, d’un frère, d’un époux, d’un père, d’un ami, et qui, chacun le sait, ne reviendra pas indemne.

Lorsqu’un soldat allemand, aussi chanteur d’opéra, affirme, dans un moment de profond découragement : « Tout est inutile… Chanter est inutile, ma carrière est inutile… », il fait alors entendre et ressentir le désarroi qui atteint l’être humain jeté au cœur de conflits qui les arrachent justement à leur humanité.

Mais soudain, au cœur de cette misère, ce même chanteur allemand se laisse accompagner par la cornemuse d’un soldat écossais. Au milieu des hésitations dans chacun des camps, il rejoint courageusement la zone neutre, et les trois lieutenants conviennent d’un cessez-le-feu d’une nuit.

L’idée même de la trêve devient ainsi une expérience intense que vivront ces soldats ennemis qui se donnent une nuit sans peur, une nuit fraternelle, une nuit de paix. Une chose extraordinaire qu’ils n’oublieront jamais… Les divergences d’idéaux, la propagande, le patriotisme, le pouvoir et l’argent, - tout disparaît pour laisser naître la solidarité humaine, pour se laisser ressentir la beauté d’être humains. La différence qui jusque-là menaçait devient alors source de curiosité, et cet Autre qu’on ne voulait pas rencontrer, et dont on ne voulait pas reconnaître l’humanité est peu à peu apprivoisé, reconnu dans ce qu’il a de meilleur, de plus grand.

Silent Night est non seulement un opéra d’une richesse fabuleuse mais aussi un hymne à la paix, un hommage à la beauté de ce qui relie un être humain à un autre, et à tout ce qui nous permet de partager cette aventure terrestre complexe et magnifique…!

Blogue

>
  • 24 mai 2017
    Un feu transformateur

    Quiconque aime l’opéra connaît sans doute La bohème que le temps a promu au rang de classique du répertoire. Comme le titre l’indique, la vie de bohème est l’axe central autour duquel se construit l’histoire de quatre jeunes artistes qui, à la fin du dix-neuvième siècle, vivent dans le Quartier latin à Paris et décident de consacrer leur vie à l’art.

  • 04 avril 2017
    Bruno Laplante, l'artiste et producteur

    Bruno Laplante a fondé l’ensemble Cantabile pour diverses raisons. Il aurait pu suivre les traces de nombre de ses prédécesseurs et collègues : se cantonner dans l’opéra. Il aurait fait plus d’argent, mais trahi sa nature. Pour autant, le baryton n’a pas négligé le « théâtre total ».

  • 04 avril 2017
    Bruno Laplante, le rebelle

    Il a l’œil pétillant, Bruno Laplante. C’est vrai qu’il faut être allumé pour être rebelle. Rebelle : celui qui refuse de prendre le rang. Le baryton préfère et a toujours préféré le risque. Voilà la conclusion à laquelle j’en suis venu après presque deux heures d’entrevue avec cet homme de 78 ans, charmant, au franc parler.

  • 15 novembre 2016
    Une immense solitude

    On ne peut que penser, après avoir vu Don Giovanni, combien l’opéra a tout à nous dire du présent et de notre monde contemporain…

  • 15 octobre 2016
    Opéra de rue : célébrer la vie

    Rue Ste-Catherine, en plein centre-ville. Au sous-sol d’une église, des dizaines de personnes en situation d’itinérance font la queue pour manger et trouver un peu de répit loin de la rumeur urbaine affolante.

  • 27 septembre 2016
    Qui sommes-nous ?

    Philippe Pointard, accessoriste.

  • 29 août 2016
    Nicole Lorange : Tosca

    PORTRAIT : 2 de 2

  • 26 mai 2016
    Des flammes dévorantes

    C’est une histoire d’amour. Intense et immuable. Elle est faite de passion mais aussi de souffrance, elle met en scène le désir mais aussi la vengeance et la cruauté.

  • 29 avril 2016
    Les Feluettes, une voix significative aux amours homosexuelles

    «L’œuvre de Michel Marc Bouchard, Les Feluettes, a permis de donner une voix aux amours homosexuelles. Et je me réjouis qu’elle reprenne l’affiche, cette fois à l’Opéra de Montréal» David Platts, le président du GRIS-Montréal explique sa relation avec cette oeuvre si particulière.

  • 22 avril 2016
    Effervescence

    L'opéra au Canada depuis 50 ans À l'approche du congrès international d'OPERA America qui se tiendra du 18 au 21 mai à Montréal, je réfléchis aux cinquante dernières années de la vie lyrique au Canada et au Québec.

  • 15 mars 2016
    La saison nouvelle

    Départ imminent pour un nouveau voyage lyrique!

  • 07 février 2016
    Ce que nous sommes

    La poète québécoise Hélène Dorion, à propos d'Otello de Verdi. Photos: Yves Renaud.

  • 17 janvier 2016
    Otello vu par Sylvia L'Écuyer

    Sylvia L'Écuyer, musicologue et animatrice de l'émission Place à l'opéra sur ICI Musique, nous parle de ce chef-d'oeuvre tardif du grand Verdi.

  • 10 janvier 2016
    Un titan nommé Verdi

    Le 27 février 1901 se tient un service commémoratif que dirige le mythique chef italien Toscanini. On entonne le célèbre choeur des esclaves «Va pensiero», de l'opéra Nabucco.

  • 04 janvier 2016
    Maxime Dubé-Malenfant : portrait

    Maxime Dubé-Malenfant termine sa deuxième année à l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal. Il ne chante pas.

  • 18 décembre 2015
    Un soir de générale...

    Un billet signé Sylvia L'Écuyer, musicologue et animatrice de l'émission Place à l'opéra sur les ondes d'Icimusique.

  • 10 décembre 2015
    Elisabeth Schwarzkopf : diva assoluta

    Un billet signé Sylvia L'Écuyer, musicologue et animatrice de l'émission Place à l'opéra sur Icimusique.

  • 30 novembre 2015
    Elektra ou le deuil de la lumière

    L’une  des tâches de l’art consiste à éclairer la complexité de l’être humain.

  • 29 septembre 2015
    États de grâce

    C’est le soir de la générale... Je me suis faufilée entre un projecteur et un téléviseur. 

  • 20 septembre 2015
    Grand soir de première

    C'était soir de première à l'Opéra de Montréal! et quelle première.

  • 19 mai 2015
    Une chose extraordinaire

    Que signifie être humain aux 20e et 21e siècles? Par quoi sommes-nous tous liés, au-delà des guerres et des conflits?

  • 02 mai 2015
    Chanter, un état d'être.

    Portrait de la mezzo-soprano Fernande Chiocchio - 2e partie Première partie

  • 06 mars 2015
    Portrait : Fernande Chiocchio

    Elle est le charme incarné. Elle ouvre la bouche et charme avec sa voix de mezzo qui a porté sa carrière pendant plus de trente ans.

  • 22 septembre 2014
    La force de la beauté

    Un premier billet signé Hélène Dorion. Photo : Pierre Dury