Opéra de rue : célébrer la vie

Actualités lyriques

Par Pierre Vachon

15 octobre 2016

Rue Ste-Catherine, en plein centre-ville. Au sous-sol d’une église, des dizaines de personnes en situation d’itinérance font la queue pour manger et trouver un peu de répit loin de la rumeur urbaine affolante.

Ils sont aussi venus participer à un nouveau projet artistique : Opéra de rue.

Ils sont une dizaine assis autour d’une table. Pendant une heure, nous parlons opéra, de leur perception et de leur appréhension. Certains ont été élevés aux grands airs, d’autres en sont peu familiers, même néophytes. Du reste, la conversation les allume et les questions jaillissent, nombreuses. Ils ont laissé leurs soucis dans la rue pour s’ouvrir à l'inconnu.

Opéra de rue est le dernier-né des projets communautaires de l’Opéra de Montréal. Il se réalisera en collaboration avec l’organisme montréalais Le Sac à dos qui lutte contre l’itinérance. L’idée provient de Nicole Blouin, la responsable des communications de l'organisme, venue me rencontrer il y a quelques mois avec plusieurs projets de collaboration dont celui de la création d’un mini-opéra par et pour les personnes en situation d'itinérance. Passionnée d’art et d’une humanité rare, elle m’a envoûté et nous avons plongé pour le concrétiser.

Les participants au projet s’initieront donc à l’opéra et à ses rouages, guidés par une équipe de professionnels. Ils apprendront sur son histoire, le métier de chanteur d’opéra, ils rencontreront le poète-librettiste, le compositeur, la scénographe, la metteure en scène et visiteront les coulisses d'un théâtre. À leurs côtés, une médiatrice culturelle et des intervenants pour mieux diriger la démarche artistique et assurer un dialogue fécond pour tous. À l’hiver, ils se lanceront dans la réalisation de leur mini-opéra et assisteront aux répétitions avec les chanteurs d’opéra et musiciens professionnels. Et ceux qui voudront prendre part à l'oeuvre le pourront selon leur préférence, que ce soit la régie, la figuration, être choriste... La finalité : la présentation de l’œuvre devant public en mai à la Cinquième salle de la Place des Arts.

L'opéra, quand ils sont en manque de tant de choses? 

Oui, parce que l'expérience que convoque l'opéra est aussi expérience humaine et humaniste qui redonne espoir, la dignité et l'estime de soi.

Oui, parce qu’en favorisant la participation et l'engagement, l’opéra brise l’isolement et devient espace d'échanges et de solidarité, espace de vie bien plus que de survie.

Oui, parce que participer au processus créateur ou le côtoyer est source de transformation de soi, d’ouverture à l’autre, de gestion de conflits et, ultimement, le retour à un sentiment de fierté.

C’est en cela que l’opéra est levier d'inclusion sociale : il est souffle... de vie.

Opéra de rue est inédit en Amérique du Nord. En Angleterre, un projet similaire existe grâce à Streetwise Opera. À nous maintenant de porter ce projet avec la conviction, plus que jamais, que l'opéra est aussi art social. 

 

Blogue

>