États de grâce

Actualités lyriques

Par Hélène Dorion

29 septembre 2015

Portrait de dos

de Madame Butterfly

Il est un peu plus de 19h00 lorsque le chef, James Meena, lève la baguette. Sans partition, il donne le signal aux musiciens. C’est le soir de la générale et je suis en coulisses. Je me suis faufilée entre un projecteur et un téléviseur qui permet aux chanteurs de regarder le chef sans se tourner directement vers lui. Je ne quitte pas la scène des yeux, happée déjà par la force émouvante de la trame qui se déploie.

L’histoire a lieu au Japon et raconte le drame de Cio-Cio-San (qui, en japonais, signifie papillon, d’où Madame Butterfly), geisha passionnément amoureuse de Pinkerton, un officier de la marine américaine de passage à Nagasaki qui succombe à sa beauté. Ils se marient et, le lendemain de leur nuit de noces, Pinkerton rassasié par la jeune proie qu’il vient de consommer, repart dans son pays en abandonnant sans remords sa nouvelle épouse.

Durant trois longues années, Madame Butterfly attend son retour. Fidèle et patiente, elle est persuadée qu’il reviendra. Entretemps, renonçant à la religion de ses ancêtres pour celle de son époux, elle a été reniée par son peuple et par sa famille. Elle a aussi repoussé fermement les prétendants qui ont tenté de la séduire et même donné naissance à un enfant. Sa vie est toute entière dédiée à l’attente de celui qu’elle aime. Et un jour, le bateau apparaît à l’horizon...  

Passion amoureuse, abandon, trahison, déshonneur et mort. Nous sommes ici au cœur de ce tissu complexe d’événements et d’émotions que la vie nous invite à comprendre, et bien sûr à dénouer. Le drame de Madame Butterfly dresse devant nous l’intense beauté d’aimer, mais aussi les inéluctables failles humaines…  

Nous sommes transportés là où, dans l’amour, ce qui vit et ce qui meurt s’effleurent constamment. En même temps, tout est suspendu, et l’on arrive à saisir la figure même de l’attente, cet horizon silencieux, cette figure fragile de l’espérance qui ressemble au battement d’ailes d’un papillon que l’on arrêterait soudain, avant la chute. Cio-Cio-San met tout son être et sa vie dans cette attente. Jusqu’à l’ultime déception, l’ultime déchéance. Amour et destruction se côtoient et, dès lors, avancer vers l’autre signifie aller à sa propre perte, jusqu’à se nier, et même s’annihiler. 

Cet opéra si juste et émouvant de Puccini, que l’on ne se lasse jamais de revoir, fait résonner par contraste ce que l’amour offre de plus heureux et de plus souffrant. Il creuse aux fondements même de la passion - ce don total de soi qui en devient la perte - et nous étreint comme un poème adressé à l’âme. 

Madame Butterfly évoque bien sûr l’opposition entre deux cultures complètement différentes. On peut aussi en filigrane y lire ces histoires de guerres qui ont séparé tant d’amants et brisé des familles, ou encore penser aux soldats qui abusent sans scrupules de femmes vulnérables. On le sait, ceux qui perdent la vie ne sont pas tous sur les lignes de front… 

Cette trame ouvre aussi à une réflexion sur la domination historique de l’homme sur la femme entièrement soumise à la volonté du mari qui contrôle les conditions de sa vie. Les quelques remords qui, à la toute fin, tenaillent Pinkerton sont bien légers en regard de la pauvreté dans laquelle a vécu Cio-Cio-San, de son désespoir, du déshonneur qu’il lui fait subir, la poussant ainsi vers la mort.

Sur un plan intime, Madame Butterfly c’est aussi la passion d’une amoureuse prise au piège de l’indifférence et de la légèreté de son amant. Tandis que Cio-Cio-San engage sa vie entière dans cette passion, pour Pinkerton, cette étreinte d’une nuit n’est qu’une escale. Sa vie est ailleurs, il le sait, et il ne veut ni mesurer l’amour que lui porte son amante, ni considérer la portée du geste de l’épouser.

*

Il est près de 22h00. Melody Moore, qui interprète avec justesse et intensité le rôle-titre, sort de scène après une performance aussi sensible que passionnée qui nous a fait ressentir la richesse d’évocation, le magnétisme et l’ineffable beauté de la voix humaine. Quelques minutes avant le début de cette représentation, elle marchait calmement dans les coulisses, concentrée mais détendue, se laissant habiter, à mesure que les minutes passaient, par l’intime tragédie de Madame Butterfly.

Une fois le rideau tombé, une fois qu’ils se sont démaquillés, qu’ils ont retiré leurs costumes et leurs perruques, ce ne sont plus des « personnages » qui sont là devant moi, en coulisses, mais des artistes exceptionnels que l’on peut, à certains égards, comparer à des athlètes, tant ils doivent répondre à des exigences physiques et psychologiques semblables. Et leur force essentielle réside dans la capacité d’incarner des êtres complexes, de transmettre au spectateur des états de grâce et de vulnérabilité à travers cet instrument puissant mais infiniment fragile qu’est la voix. Qui sait d’ailleurs si certains de ces chanteurs n’ont pas déjà vécu une histoire semblable à celle qu’ils interprètent ?

L’opéra, c’est la « représentation » du monde et de l’être qui se déploie devant nous. Et c’est aussi la vie, toute la vie issue des coulisses et portée sur scène, ce moment où l’on revisite la beauté et les tourments de l’âme humaine pour mieux nous connaître, mieux comprendre qui nous sommes…

  

Blogue

>
  • 24 mai 2017
    Un feu transformateur

    Quiconque aime l’opéra connaît sans doute La bohème que le temps a promu au rang de classique du répertoire. Comme le titre l’indique, la vie de bohème est l’axe central autour duquel se construit l’histoire de quatre jeunes artistes qui, à la fin du dix-neuvième siècle, vivent dans le Quartier latin à Paris et décident de consacrer leur vie à l’art.

  • 04 avril 2017
    Bruno Laplante, l'artiste et producteur

    Bruno Laplante a fondé l’ensemble Cantabile pour diverses raisons. Il aurait pu suivre les traces de nombre de ses prédécesseurs et collègues : se cantonner dans l’opéra. Il aurait fait plus d’argent, mais trahi sa nature. Pour autant, le baryton n’a pas négligé le « théâtre total ».

  • 04 avril 2017
    Bruno Laplante, le rebelle

    Il a l’œil pétillant, Bruno Laplante. C’est vrai qu’il faut être allumé pour être rebelle. Rebelle : celui qui refuse de prendre le rang. Le baryton préfère et a toujours préféré le risque. Voilà la conclusion à laquelle j’en suis venu après presque deux heures d’entrevue avec cet homme de 78 ans, charmant, au franc parler.

  • 15 novembre 2016
    Une immense solitude

    On ne peut que penser, après avoir vu Don Giovanni, combien l’opéra a tout à nous dire du présent et de notre monde contemporain…

  • 15 octobre 2016
    Opéra de rue : célébrer la vie

    Rue Ste-Catherine, en plein centre-ville. Au sous-sol d’une église, des dizaines de personnes en situation d’itinérance font la queue pour manger et trouver un peu de répit loin de la rumeur urbaine affolante.

  • 27 septembre 2016
    Qui sommes-nous ?

    Philippe Pointard, accessoriste.

  • 29 août 2016
    Nicole Lorange : Tosca

    PORTRAIT : 2 de 2

  • 26 mai 2016
    Des flammes dévorantes

    C’est une histoire d’amour. Intense et immuable. Elle est faite de passion mais aussi de souffrance, elle met en scène le désir mais aussi la vengeance et la cruauté.

  • 29 avril 2016
    Les Feluettes, une voix significative aux amours homosexuelles

    «L’œuvre de Michel Marc Bouchard, Les Feluettes, a permis de donner une voix aux amours homosexuelles. Et je me réjouis qu’elle reprenne l’affiche, cette fois à l’Opéra de Montréal» David Platts, le président du GRIS-Montréal explique sa relation avec cette oeuvre si particulière.

  • 22 avril 2016
    Effervescence

    L'opéra au Canada depuis 50 ans À l'approche du congrès international d'OPERA America qui se tiendra du 18 au 21 mai à Montréal, je réfléchis aux cinquante dernières années de la vie lyrique au Canada et au Québec.

  • 15 mars 2016
    La saison nouvelle

    Départ imminent pour un nouveau voyage lyrique!

  • 07 février 2016
    Ce que nous sommes

    La poète québécoise Hélène Dorion, à propos d'Otello de Verdi. Photos: Yves Renaud.

  • 17 janvier 2016
    Otello vu par Sylvia L'Écuyer

    Sylvia L'Écuyer, musicologue et animatrice de l'émission Place à l'opéra sur ICI Musique, nous parle de ce chef-d'oeuvre tardif du grand Verdi.

  • 10 janvier 2016
    Un titan nommé Verdi

    Le 27 février 1901 se tient un service commémoratif que dirige le mythique chef italien Toscanini. On entonne le célèbre choeur des esclaves «Va pensiero», de l'opéra Nabucco.

  • 04 janvier 2016
    Maxime Dubé-Malenfant : portrait

    Maxime Dubé-Malenfant termine sa deuxième année à l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal. Il ne chante pas.

  • 18 décembre 2015
    Un soir de générale...

    Un billet signé Sylvia L'Écuyer, musicologue et animatrice de l'émission Place à l'opéra sur les ondes d'Icimusique.

  • 10 décembre 2015
    Elisabeth Schwarzkopf : diva assoluta

    Un billet signé Sylvia L'Écuyer, musicologue et animatrice de l'émission Place à l'opéra sur Icimusique.

  • 30 novembre 2015
    Elektra ou le deuil de la lumière

    L’une  des tâches de l’art consiste à éclairer la complexité de l’être humain.

  • 29 septembre 2015
    États de grâce

    C’est le soir de la générale... Je me suis faufilée entre un projecteur et un téléviseur. 

  • 20 septembre 2015
    Grand soir de première

    C'était soir de première à l'Opéra de Montréal! et quelle première.

  • 19 mai 2015
    Une chose extraordinaire

    Que signifie être humain aux 20e et 21e siècles? Par quoi sommes-nous tous liés, au-delà des guerres et des conflits?

  • 02 mai 2015
    Chanter, un état d'être.

    Portrait de la mezzo-soprano Fernande Chiocchio - 2e partie Première partie

  • 06 mars 2015
    Portrait : Fernande Chiocchio

    Elle est le charme incarné. Elle ouvre la bouche et charme avec sa voix de mezzo qui a porté sa carrière pendant plus de trente ans.

  • 22 septembre 2014
    La force de la beauté

    Un premier billet signé Hélène Dorion. Photo : Pierre Dury