Des flammes dévorantes

Actualités lyriques

Par Hélène Dorion

26 mai 2016

C’est une histoire d’amour. Intense et immuable. Elle est faite de passion mais aussi de souffrance, elle met en scène le désir mais aussi la vengeance et la cruauté. C’est l’histoire d’un amour campée dans le contexte social d’une époque qui la rend impossible.

Si dès sa création au théâtre, en 1987, la pièce Les Feluettes brisait un tabou souvent ancré de manière insidieuse dans les consciences, il n’est sans doute pas inutile, en 2016, de porter à l’opéra cette histoire qui célèbre l’amour en affirmant haut et fort que le sentiment amoureux est histoire de cœurs plus que de sexes.

Car on le sait dès le premier baiser qu’échangent Vallier et Simon, cette quête de l’autre va au-delà de l’orientation sexuelle et l’une des forces des Feluettes est justement de nous mettre en présence d’un amour qui est d’abord humain.

*

En 1952, un groupe de prisonniers, sous la direction de Simon, convoque l'évêque Jean Bilodeau pour répéter devant lui une scène de la pièce Le martyre de saint Sébastien de Gabriele D’Annunzio. Cette pièce relate des événements qui ont eu lieu en 1912, au moment où ils étudiaient au Collège Saint-Sébastien de Roberval. Simon était amoureux du jeune comte Vallier de Tilly, aristocrate français ruiné, exilé avec sa mère, et dont on se moque en l’appelant « le feluette ». Le spectacle des prisonniers, qui montre l’amour entre Vallier et Simon, raconte aussi comment la jalousie de Bilodeau a fait basculer l’histoire dans le drame et condamner injustement Simon.

*

Je ne cacherai pas mon admiration pour l’écrivain qu’est Michel Marc Bouchard ni mon affection pour cet homme sensible et authentique. Avec le compositeur, Kevin March, il a créé ici une œuvre dramatique d’une rare intensité, appuyée par l’esthétique sobre de la mise en scène et une magistrale performance vocale et théâtrale des chanteurs. Ce ne sont plus deux hommes qui sont devant nous mais deux êtres humains liés par un amour profond que rien ne peut entraver, que rien ne peut détruire, au-delà de l’impossibilité de leur histoire.

Michel Marc Bouchard a écrit un livret dans lequel nombre de répliques agissent comme de véritables motifs et nous jettent dans la beauté de cet amour qui aspire à l’absolu mais se transformera en tragédie.

O aimé, si jamais vous m’aimâtes, que votre amour je le connaisse.
Celui qui plus profondément me blesse, plus profondément m’aime.
Je t’aime et t’attendrai toujours.
Le cœur se crée ses rêves, l’amour ses illusions.
Sors de moi, passion aveugle !

Le dramaturge fait résonner la richesse musicale de la langue française avec une justesse et une véracité impressionnantes. La simplicité mais aussi la tension et la force poétique de son écriture font en sorte que les mots épousent la musique de manière parfaitement naturelle.

Lorsqu’on demande à Michel Marc Bouchard ce qui l’intéresse en premier dans l’opéra, il répond : « la démesure des sentiments qui, par le chant et la musique, nous touchent dans ce que nous avons de plus intime ». Cette puissance de l’émotion, spécifique à l’opéra, opère ici de manière d’autant plus profonde et soutenue que nous sommes transportés non pas dans un ailleurs abstrait mais au cœur même du Québec, dans notre propre histoire dont un pan nous est révélé. Cela contribue bien sûr à nous captiver davantage et, quoique cet élément n’enlève rien à l’universalité de l’œuvre, la vérité des « Feluettes » s’en trouve pour nous accentuée.

Ces flammes dévorantes de l’amour, seul l’opéra pouvait les élever ainsi !

Photo : Yves Renaud

Blogue

>
  • 24 mai 2017
    Un feu transformateur

    Quiconque aime l’opéra connaît sans doute La bohème que le temps a promu au rang de classique du répertoire. Comme le titre l’indique, la vie de bohème est l’axe central autour duquel se construit l’histoire de quatre jeunes artistes qui, à la fin du dix-neuvième siècle, vivent dans le Quartier latin à Paris et décident de consacrer leur vie à l’art.

  • 04 avril 2017
    Bruno Laplante, l'artiste et producteur

    Bruno Laplante a fondé l’ensemble Cantabile pour diverses raisons. Il aurait pu suivre les traces de nombre de ses prédécesseurs et collègues : se cantonner dans l’opéra. Il aurait fait plus d’argent, mais trahi sa nature. Pour autant, le baryton n’a pas négligé le « théâtre total ».

  • 04 avril 2017
    Bruno Laplante, le rebelle

    Il a l’œil pétillant, Bruno Laplante. C’est vrai qu’il faut être allumé pour être rebelle. Rebelle : celui qui refuse de prendre le rang. Le baryton préfère et a toujours préféré le risque. Voilà la conclusion à laquelle j’en suis venu après presque deux heures d’entrevue avec cet homme de 78 ans, charmant, au franc parler.

  • 15 novembre 2016
    Une immense solitude

    On ne peut que penser, après avoir vu Don Giovanni, combien l’opéra a tout à nous dire du présent et de notre monde contemporain…

  • 15 octobre 2016
    Opéra de rue : célébrer la vie

    Rue Ste-Catherine, en plein centre-ville. Au sous-sol d’une église, des dizaines de personnes en situation d’itinérance font la queue pour manger et trouver un peu de répit loin de la rumeur urbaine affolante.

  • 27 septembre 2016
    Qui sommes-nous ?

    Philippe Pointard, accessoriste.

  • 29 août 2016
    Nicole Lorange : Tosca

    PORTRAIT : 2 de 2

  • 26 mai 2016
    Des flammes dévorantes

    C’est une histoire d’amour. Intense et immuable. Elle est faite de passion mais aussi de souffrance, elle met en scène le désir mais aussi la vengeance et la cruauté.

  • 29 avril 2016
    Les Feluettes, une voix significative aux amours homosexuelles

    «L’œuvre de Michel Marc Bouchard, Les Feluettes, a permis de donner une voix aux amours homosexuelles. Et je me réjouis qu’elle reprenne l’affiche, cette fois à l’Opéra de Montréal» David Platts, le président du GRIS-Montréal explique sa relation avec cette oeuvre si particulière.

  • 22 avril 2016
    Effervescence

    L'opéra au Canada depuis 50 ans À l'approche du congrès international d'OPERA America qui se tiendra du 18 au 21 mai à Montréal, je réfléchis aux cinquante dernières années de la vie lyrique au Canada et au Québec.

  • 15 mars 2016
    La saison nouvelle

    Départ imminent pour un nouveau voyage lyrique!

  • 07 février 2016
    Ce que nous sommes

    La poète québécoise Hélène Dorion, à propos d'Otello de Verdi. Photos: Yves Renaud.

  • 17 janvier 2016
    Otello vu par Sylvia L'Écuyer

    Sylvia L'Écuyer, musicologue et animatrice de l'émission Place à l'opéra sur ICI Musique, nous parle de ce chef-d'oeuvre tardif du grand Verdi.

  • 10 janvier 2016
    Un titan nommé Verdi

    Le 27 février 1901 se tient un service commémoratif que dirige le mythique chef italien Toscanini. On entonne le célèbre choeur des esclaves «Va pensiero», de l'opéra Nabucco.

  • 04 janvier 2016
    Maxime Dubé-Malenfant : portrait

    Maxime Dubé-Malenfant termine sa deuxième année à l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal. Il ne chante pas.

  • 18 décembre 2015
    Un soir de générale...

    Un billet signé Sylvia L'Écuyer, musicologue et animatrice de l'émission Place à l'opéra sur les ondes d'Icimusique.

  • 10 décembre 2015
    Elisabeth Schwarzkopf : diva assoluta

    Un billet signé Sylvia L'Écuyer, musicologue et animatrice de l'émission Place à l'opéra sur Icimusique.

  • 30 novembre 2015
    Elektra ou le deuil de la lumière

    L’une  des tâches de l’art consiste à éclairer la complexité de l’être humain.

  • 29 septembre 2015
    États de grâce

    C’est le soir de la générale... Je me suis faufilée entre un projecteur et un téléviseur. 

  • 20 septembre 2015
    Grand soir de première

    C'était soir de première à l'Opéra de Montréal! et quelle première.

  • 19 mai 2015
    Une chose extraordinaire

    Que signifie être humain aux 20e et 21e siècles? Par quoi sommes-nous tous liés, au-delà des guerres et des conflits?

  • 02 mai 2015
    Chanter, un état d'être.

    Portrait de la mezzo-soprano Fernande Chiocchio - 2e partie Première partie

  • 06 mars 2015
    Portrait : Fernande Chiocchio

    Elle est le charme incarné. Elle ouvre la bouche et charme avec sa voix de mezzo qui a porté sa carrière pendant plus de trente ans.

  • 22 septembre 2014
    La force de la beauté

    Un premier billet signé Hélène Dorion. Photo : Pierre Dury